Les filles et la technologie | Faire Montréal
3 Apr
Published in by the project Technovation Montréal0

Les filles et la technologie

Un texte et un reportage de Maxime Bertrand de Ici Radio-Canada Grand Montréal

Publié le vendredi 31 mars 2017

Le reportage de Maxime Bertrand

Un programme qui vise à développer des compétences en entrepreneuriat social et en technologie chez les jeunes filles de 10 à 18 ans est en train de faire sa marque à Montréal.

Un texte de Maxime Bertrand

Technovation Montréal a pour but de réduire le fossé entre les hommes et les femmes dans le domaine des technologies.

Le programme est offert gratuitement à toutes les participantes, permettant ainsi d'en démocratiser l'accès.

Près de 10 000 jeunes filles de 78 pays ont participé à cette initiative lancée aux États-Unis en 2009.

Elles sont jeunes et douées.

Elles veulent conquérir le monde avec leurs nouvelles applications.

25 jeunes filles qui fréquentent des établissements privés et publics de Montréal sont actuellement inscrites au programme Technovation Montréal.

Réparties en équipes, elles consacrent une fin de semaine par mois à la création de leur entreprise et au développement de leur première application mobile.

L'équipe du Pensionnat du Saint-Nom-de Marie veut créer une application qui servira à enseigner les notions de base de l'économie aux jeunes.

On aimerait bien que ce soit comme un ajout au cours d'économie, une manière ludique que le cours d'économie ne soit pas comme « ah non! »

Alice Lafrenière, participante au programme Technovation Montréal

Tout près, leur mentore, la femme d'affaires Valérie Forget supervise les travaux.

On les amène vraiment dans la réalité de la business, donc on commence vraiment au niveau du plan d'affaires, du développement de marché, ensuite de ça, on développe vraiment une application avec elles. C'est très immersif.

Valérie Forget

Briser les barrières

Il y a la dimension découverte du milieu des affaires, mais il y a surtout l'incursion de ces jeunes filles dans un univers où elles sont peu présentes.

La suite du texte de Maxime Bertrand ici.

Cliquez sur cette image pour en apprendre plus, appuyer et suivre les activités du projet :