Fady Atallah : «Les créateurs doivent faire la ville de demain» | Faire Montréal
17 août

Fady Atallah : «Les créateurs doivent faire la ville de demain»

Pour Fady Atallah, ce ne sont pas les occasions qui manquent pour faire de Montréal une ville qui rayonne partout sur la planète.

Le créateur d’Infinite City, qui représente les projets d’intervention urbaine d’ici à l’étranger, insiste cependant pour dire qu’il faut peaufiner l’image de marque de la ville.

Par Vincent Fortier, journal Métro, 4 août 2015 - Photo : Yves Provencher

Quel bilan de santé faites-vous de Montréal?
Montréal est une ville incroyable, mais elle cherche ses forces vives. Elle est extrêmement riche à la base, grâce à sa diversité culturelle et grâce à ses créateurs. Ce qui manque, c’est l’aspiration. J’aimerais qu’on ait une vision plus ou moins commune de ce qu’est Montréal. C’est une métropole de quoi? De culture? Si oui, de quelle culture? Et quelle est notre vision du monde? C’est ça qui n’est pas toujours clair.

Qui doit définir cette vision?
Nous! Je crois que la génération qui nous a précédés – et je n’ai pas peur de le dire – a failli. Les bébé-boumeurs ont bâti un Québec moderne incroyable, mais ils ont tout pris pour eux et n’ont pas investi dans la génération suivante. La génération Y doit donc arriver avec une vision, et je ne crois pas qu’elle en soit toujours consciente. Pour moi, Montréal est une ville de culture, une ville de paix. C’est une ville créative plus qu’une ville de design.

En matière d’intervention urbaine, comme celle des 21 balançoires, comment se positionne Montréal?
Le Quartier des spectacles fait des choses incroyables. C’est un des secteurs les plus dynamiques au monde en la matière. Il commande des œuvres et fait naître des projets. La Ville devrait s’en inspirer, car il ne faut pas seulement intervenir dans le même kilomètre carré.

La suite ici.

Vous pouvez appuyer et suivre les activités du projet :