181 projets, 12 écosystèmes, une ambition commune | Faire Montréal
14 févr.
Publié dans par la démarche je fais mtl0

181 projets, 12 écosystèmes, une ambition commune

Faire de Montréal une ville de toutes les chances.

Ambitieux ?

Certes.

Réaliste ?

Plus que nous pourrions le croire !

Dans les faits, «Montréal, ville de toutes les chances» exprime l’ambition manifestée collectivement par les 181 leaders qui ont signé l’acte de naissance du mouvement Je fais Mtl le 17 novembre 2014, à la Place des Arts, en s’engageant à réaliser leur projet en moins de 36 mois.

C’est ce que révèle l’analyse des projets quand on les scrute sous l’angle de leur impact sur la ville.

Pour parvenir à cette idée de mouvement Je fais Mtl, d’un sens commun qui dépasse l’enthousiasme évident des 181 leaders de projet, il a d’abord fallu imaginer une forme de regroupement qui pouvait rendre visible l’action des projets sur la ville dans cinq ou dix ans.

Quel était donc ce rêve de la ville que les 181 leaders avaient en tête ?

Regroupement par écosystème

En 2015, le Bureau de suivi Je fais Mtl a convié les acteurs du mouvement à diverses sessions de codesign afin de tester le concept de regroupement par écosystème, le prototype conçu par le Bureau de suivi.

Un écosystème, par définition, c’est dynamique, compact, vivant.

Un écosystème favorise les synergies, il nourrit l’interaction entre ses composantes et amplifie la portée des actions de chacune.

Les écosystèmes sont regroupés en deux catégories : les écosystèmes leviers et les écosystèmes cibles.

Les projets rassemblés dans les six écosystèmes leviers constituent des accélérateurs qui donnent aux citoyens des outils innovants pour agir et transformer la ville à long terme.

Les projets cibles apportent eux une contribution significative et directe à l’amélioration de Montréal et au bien-être des citoyens et des communautés.

Le concept des écosystèmes nous fournit une représentation structurée de ce qu’est devenu le mouvement Je fais Mtl un an plus tard : un mouvement qui, à la faveur d’une mobilisation citoyenne remarquable, s’active à faire de Montréal « une ville de toutes les chances ».