L'intégration grâce à la culture | Faire Montréal
9 mars

L'intégration grâce à la culture

Un texte à lire de Jean Siag publié sur La Presse.ca le 5 mars 2017

Malgré leurs différences, les étudiants étrangers se reconnaissent, s'entraident et s'organisent entre eux pour se voir, partager des repas ou sortir en ville.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE 

Jean Siag
La Presse, 5 mars 2017 

Comment faire pour mieux intégrer et retenir ici les étudiants universitaires étrangers de passage au Québec ? C'est la question que s'est posée la directrice générale de La Vitrine, Nadine Gelly. Sa réponse : un projet d'accueil culturel baptisé « Passeport MTL étudiant international ». Premier rendez-vous : l'Igloofest ! 

Off-Igloo. DJ WYLN mène le bal avec sa musique électro-futuriste. Il fait -15 ˚C. C'est la première activité culturelle offerte dans le cadre du programme « Passeport MTL étudiant international ». 

Environ 300 étudiants universitaires étrangers ont défié le temps froid pour répondre à l'invitation de La Vitrine. Ils sont réunis autour des petits feux extérieurs, une tuque du 375e anniversaire de Montréal sur la tête et une Sapporo à la main. Ou à l'intérieur, bien au chaud, dans le petit bâtiment qui surplombe le quai Jacques-Cartier du Vieux-Port de Montréal. 

Ici, c'est les Nations unies. France, Maroc, Tunisie, Algérie, Inde, Chine, Japon, Iran, Brésil, île Maurice, alouette ! Ils font partie des quelque 38 000 étudiants étrangers répartis sur les quatre campus universitaires montréalais (Université de Montréal, UQAM, Concordia et McGill) ou de leurs écoles affiliées. Même si un récent sondage (Quacquarelli Symonds) vient de couronner Montréal du titre de « meilleure ville universitaire du monde », à peine 16 % des étudiants resteront au Québec après avoir terminé leurs études. 

« Les directions d'universités nous disent que la majorité de ces jeunes étudient ici et repartent aussitôt après, nous explique Nadine Gelly, directrice de La Vitrine, qui a mis sur pied ce programme durant la campagne Je vois Montréal. On nous dit qu'ils s'ennuient de leurs familles, qu'ils s'intègrent difficilement, qu'ils restent beaucoup dans leurs campus et qu'ils ne sortent pas beaucoup. On s'est demandé si on ne pouvait pas en convaincre plus de rester. » 

D'où l'idée de Nadine Gelly : pourquoi ne pas les inviter dans des événements culturels, des festivals, les encourager à voir des expos et des spectacles ? « On sait que l'emploi et le français sont des facteurs d'intégration importants, nous dit Mme Gelly, mais je pense que la culture fait aussi partie de l'équation. Avec la désertion des salles de spectacles de Montréal, c'est aussi une façon d'aider le milieu culturel à attirer de nouvelles clientèles. » 

LE DÉFI DE LA MIXITÉ 

La suite à lire ici sur le site de LaPresse.ca

Cliquez sur cette image pour en apprendre plus, appuyer et suivre les activités du projet :